1er rdv chez la rhumato

10 juil

J’ai donc rencontré la rhumatologue qui m’a semblé un peu froide. Elle ne m’a quasiment pas posé de question. Elle m’a fait me déshabiller, m’a manipulé en appuyant à des endroits qui m’ont fait très très mal. Elle me parlait mais j’avais l’impression que je la dérangeais. Comme si elle avait été vexée qu’un médecin généraliste puisse trouver la piste d’une spondylarthrite ankylosante. Comme si elle était déçu que ce ne soit pas elle à l’origine de cette hypothèse.

Elle a quand même garder cette idée de spondylarthrite ankylosante. Pour elle, beaucoup d’indices concordent. Mais elle ne m’a pas semblée très à l’écoute. Quand je lui ai dit que j’avais du mal à travailler sur clavier, elle m’a dit :

“Les médicaments font effet ?

Oui.

Donc vous n’avez plus mal, donc vous pouvez aller travailler.”

J’ai une ordonnance pour une prise de sang à la recherche d’une maladie auto-immune, une ordonnance pour des radios et une ordonnance pour une IRM.

J’ai filé faire la prise de sang tout de suite, il faut attendre 10 jours avant d’avoir les résultats. J’avais rendez-vous pour la radio 5 jours plus tard. Elle m’a dit  que la radio pouvait suffire. J’ai donc attendu de passer la radio avant de prendre rendez-vous pour l’IRM. En attendant, je prends avec parcimonie les anti-inflammatoires. Ils me  provoquent des effets secondaires assez désagréables et j’ai peur qu’il ne soient plus efficace si j’en prends trop. Le bien-être qu’ils m’apportent, je veux le prolonger au maximum.

J’ai passé la radio un mardi matin. Je n’ai même pas rencontré le radiologue, il ne savait donc pas où j’avais mal. On m’a donné une enveloppe avec un compte-rendu qui signalait une discopathie. Je le savais déjà. Je mettais depuis des années la plupart de mes douleurs sur le compte de cette discopathie. Il a mentionné également qu’il n’y avait aucune modification de la densité osseuse. Ce qui est étrange car il y a 9 ans, j’avais passer un scanner qui spécifiait bien que j’avais déjà des calcification sur les os du bassin. Ça voudrait dire que ces calcifications ont disparu. Étonnant.

Ce qui me fait penser que le radiologue m’a traitée à la chaîne, sans passer trop de temps sur mes radios.

En regardant bien les clichés et en comparant avec des radios de SPA sur Internet, je vois dans certaines zones où j’ai mal que ça correspond bien à des radios montrant une inflammation. Si j’arrive à le voir, je pense qu’un bon médecin le verra aussi. J’attends de toute façon les résultats de ma prise de sang et j’irai voir mon médecin généraliste pour lui en parler.

J’ai pris rendez-vous pour l’IRM, dans 2 mois et demi.

A force de recherche, j’ai quelques petits espoirs. Je sais qu’il faut bouger. Donc je bouge. Faire ma gym tous les matins est la meilleure façon de ne pas me laisser gagner par ces douleurs. Et pour quand ce sera plus grave et que les anti-inflammatoires ne feront plus effet, il y a d’autre traitements par injection qui existent. Ce qui me fait peur, ce sont les effets secondaires qui sont liés. On parle de sclérose en plaques et de cancer. Sans compter que ces injections mettent plusieurs semaines pour atténuer les douleurs mais apportent également une grande fatigue, une perte de cheveux, une prise de poids et j’en passe.

Par mes recherches, je suis tombée sur le site d’un homme qui ne se soigne que par les plantes. En massage, en infusion, en huile à boire. Il en est même rendu à prendre du cannabis thérapeutique en huile. Ce n’est pas du cannabis à proprement parler, c’est la molécule cannabidiol. Je sais que je préférerais essayer ça avant de tenter ces injections qui me font peur. C’est interdit en France mais je prendrais le risque d’en acheter en Belgique ou ailleurs en attendant que ce soit autorisé.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

eleve-auxiliaire-de-puericu... |
Au bon médecin |
Journal de bord de rééducat... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus